milostomic.ch | Implantologie: greffe osseuse autogène
16336
post-template-default,single,single-post,postid-16336,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_hidden, vertical_menu_width_260,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-7.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Implantologie: greffe osseuse autogène

25 Fév Implantologie: greffe osseuse autogène

premier-rendez-vous

Une greffe osseuse est parfois nécessaire avant de poser un implant dentaire. Votre chirurgien-dentiste traitant à Lausanne vous donne quelques informations utiles au sujet de l’implantologie dentaire. Les praticiens font ce constat : la perte d’une dent entraîne fréquemment une perte de son tissu de soutien, l’os alvéolaire. Cette perte peut être corrigée par des techniques de régénération guidée ou de reconstruction osseuse pré-implantaire, notamment la greffe osseuse.

En effet, avant de réaliser la pose d’un implant dentaire, il convient de s’assurer que le tissu de soutien (l’os dans lequel le chirurgien-dentiste insérera la racine artificielle) est suffisant pour permettre sa fixation. Si le tissu de soutien est insuffisant, il est courant de pratiquer une greffe osseuse. Et la meilleure solution est la greffe autogène.
Le greffon autogène est prélevé par le chirurgien-dentiste implantologiste à Lausanne sur le patient le jour même de la reconstruction. Il présente plusieurs avantages: prélevé sur le patient lui-même, il protège ce dernier de toute transmission de maladie infectieuse ou de rejet immunologique.
Si greffe osseuse complique le traitement implantaire, elle est souvent nécessaire pour recevoir la prothèse.
Selon l’avis des chirurgien-dentistes à Lausanne, l’os autogène reste le matériau de choix: il est le seul à être ostéogénique. Même si des cellules osseuses meurent, la présence de facteur de croissance favorisera la différentiation cellulaire. Le prélèvement intrabuccal fournit un matériau quasi identique à son substrat, autant par sa structure que par sa nature biologique.
Quelque soit la technique de régénération envisagée, le praticien explique au patient ses choix lors d’un bilan préopératoire.

No Comments

Post A Comment